Ciné CLEP : IVANHOÉ

Mercredi 12 décembre à 20h15

Bibliothèque Saint-Corneille, salle Michèle Le Chatelier

Entrée Gratuite

Réalisateur : Richard Thorpe (1952)

Acteurs :

Robert Taylor Ivanhoé
George Sanders Bois-Guilbert
Elizabeth Taylor Rebecca
Norman Wooland le roi Richard Coeur de Lion
Joan Fontaine lady Rowena
Felix Aylmer Isaac
Robert Douglas Hugh de Bracy
Emlyn Williams Wamba

Synopsis

Le roi d’Angleterre, Richard Coeur de Lion, s’est mystérieusement évaporé sur le chemin du retour, après avoir longtemps guerroyé en Terre sainte. Ivanhoé, un noble Saxon à la fidélité inébranlable, part à sa recherche et retrouve sa trace en Autriche. Le roi Richard y est retenu captif par le duc Léopold qui, voyant bien le profit qu’il pourrait tirer de son prestigieux prisonnier, exige en échange de sa libération une somme faramineuse. Ivanhoé se hâte de regagner l’Angleterre. Son père le renie. Le prince Jean sans Terre, frère du roi, entend bien ne pas s’acquitter de la rançon et conquérir ainsi le trône. C’est auprès de la communauté juive d’Angleterre qu’Ivanhoé trouve quelque écho à sa demande…

La Critique

Guillemette Odicino (Télérama)

Ivanhoé, le preux chevalier saxon dévoué à la cause du roi Richard, affronte les chevaliers normands du félon prince Jean et fait battre le coeur de deux beautés, l’une saxonne, l’autre juive… Richard Thorpe, grand artisan de la MGM, réussit de flamboyantes scènes d’action : le tournoi d’Ashby et l’attaque du château de Torquilstone, où Ivanhoé doit une fière chandelle aux archers de Robin des bois, dont la tenue, pour une fois, n’est pas verte.

Mais la force dramatique du film est ailleurs : dans l’amour brûlant qu’éprouve le cruel Normand Bois-Guilbert (George Sanders, fascinant) pour Rebecca, qui préférerait mourir plutôt que de lui appartenir. Exacerbé par cette flamme, le duel final est digne des plus grandes tragédies. Bois-Guilbert affronte une dernière fois Ivanhoé pour décider du sort de Rebecca. S’il perd, elle vivra. S’il ­gagne, elle sera conduite au bûcher… L’honneur ou l’amour. Il sera trop tard quand la superbe et pieuse « infidèle » (Elizabeth Taylor, beauté de jais) comprendra que lui seul aurait su l’aimer. A travers Rebecca et son père, Isaac d’York, c’est aussi le statut des juifs, éternels apatrides, qui est superbement évoqué.

 

image_pdfimage_print

Post Author: Michel Fumagalli